une exposition asterix leuropeen a malbrouck

Une exposition “Astérix l’Européen” à Malbrouck

L’exposition Astérix l’Européen prend ses quartiers au Château de Malbrouk du 3 avril au 28 novembre. Après avoir accueilli Tintin, et après avoir lancé un festival de la BD, le Château de Malbrouk s’impose comme un écrin de choix pour planches et bulles de la bande dessinée.

Pièces uniques et planches originales

Dès les premières salles, les visiteurs découvrent les origines d’Astérix grâce à une présentation de ses deux papas, René Goscinny et Albert Uderzo, connus pour leur complicité.

Quelques pièces uniques font partie des pièces maîtressess de l’exposition “La Bibliothèque nationale de France (BnF) nous a également prêté des planches originales de La Serpe d’or. Ce sont des documents rarement présentés.”

L’exposition terminée, on ne pourra d’ailleurs pas les revoir de sitôt puisqu’elles retourneront à la BnF où elles seront gardées à l’abri au moins trois ans afin de les protéger.

Pour accompagner ces pièces exceptionnelles, l’intérieur de la hutte du druide Panoramix a été reconstitué afin de permettre aux visiteurs d’approcher la potion magique. L’exposition revient également sur le roman national. Cette vision romancée de l’histoire de France, qui s’est imposée au XIX è siècle afin de forger une identité nationale, a perduré longtemps dans l’inconscient collectif. Puisant dans cette dernière, et son célèbre “Nos ancêtres les Gaulois”, Astérix lui doit une partie de son succès, maniant cette vision historique fantasmée avec humour.

En immersion dans le monde des Gaulois

Les valeurs de l’Union européenne se retrouvent dans celles du personnage qui a silloné le continent, du pays des Pictes en passant par les terres des Goths et évidemment Rome. Et c’est au même genre de voyage que l’exposition vous invite par la suite. Dans une salle dédiée à une immersion dans le monde des Gaulois, vous serez proche de leur village et pourrez vous prendre en photo avec leur fameux casque.

Puis, départ vers l’Italie, pays le plus visité par le petit Gaulois. Les différents types de Romains croisés par Astérix au cours de ses aventures seront présents, du simple légionnaire à Jules César.

Les pièces suivantes reviennent sur les autres peuples européens qui ont tour à tour reçu la visite d’Astérix et Obélix, selon les situations. Face à un envahisseur romain imposant sa loi et son mode de vie, Bretons, Corses, Helvètes ou Hispaniques vont s’allier aux Gaulois. Une “Union dans la diversité” qui fait écho à l’Europe actuelle et à sa devise. Berceau de cette civilisation, la Grèce hérite d’une place à part dans ce périple. Dans un décor d’inspiration hellénique, l’exposition s’intéresse aux grandes institutions de la démocratie athénienne et aux monuments emblématiques que l’ensemble du village gaulois découvre durant une parodie de voyage organisé dans Astérix aux Jeux olympiques. Cette partie se termine par un focus sur l’olympisme. L’occasion de revenir sur les différents sites des JO de l’époque et sur les clins d’oeil des auteurs aux merveilles du monde comme le colosse de Rhodes qui, dans la BD, devient un athlète à l’imposante carrure, seul représentant de l’île grecque.

Le tour de château terminé, l’immersion dans cette Europe antique passée au prisme d’Astérix prend fin. Pourtant, derrière les jeux de mots et les batailles de poissons, l’exposition prouve bien que l’oeuvre de Goscinny et Uderzo va plus loin. Elle pastiche autant notre vie actuelle qu’elle interroge les fondements du Vieux Continent.



PARTAGER CET ARTICLE :

A propos de l'auteur