culture

Multilinguisme : Alberto Manguel sur les chemins de l’invention de l’Europe

Conçue avec le ministère de la Culture, la nouvelle chaire du Collège de France explorera «L’invention de l’Europe par les langues et les cultures». Leçon inaugurale d’Alberto Manguel le 30 septembre.

C’est un voyage passionnant à travers les langues et les cultures européennes auquel nous convie Alberto Manguel à partir de jeudi 30 septembre, date de la leçon inaugurale de la nouvelle chaire annuelle au Collège de France créée en partenariat avec la délégation générale à la langue française et aux langue de France du ministère de la Culture. Cette chaire, dont Alberto Manguel sera le premier titulaire pour l’année 2021-2022, se poursuivra jusqu’en 2024.Auteur d’Une histoire de la lecture (prix Médicis essai), l’écrivain de renommée internationale explorera toutes les facettes de « L’invention de l’Europe par les langues et les cultures » – c’est le thème de cette nouvelle chaire –, autrement dit les enjeux de la diversité culturelle et linguistique, ces ferments des grandes réalisations de notre continent en matière de culture, de philosophie, de sciences et de technologies. Paul de Sinety, délégué général à la langue française et aux langue de France du ministère de la Culture, revient sur les enjeux de cette nouvelle chaire.« L’invention de l’Europe par les langues et les cultures », tel est le thème d’une nouvelle chaire du Collège de France. En quoi ce thème fait il écho à nos préoccupations les plus brûlantes ?Le 1er janvier 2022 marquera le début de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne. Sous l’impulsion du Président de la République, les enjeux du multilinguisme y seront essentiels et la ministre de la Culture en fait une priorité. La langue pose toujours la question de l’identité, fût-elle multiple. Je dirais que tant que les citoyens d’Europe n’auront pas le sentiment d’être compris et de s’exprimer chacun dans sa langue, qu’ils ne seront pas davantage sensibilisés au sujet des langues parlées chez leurs plus proches voisins, le projet européen ne pourra être pleinement partagé. A l’échelle européenne, c’est donc un immense défi pour l’exercice de la citoyenneté au cœur de nos démocraties. Des réponses existent : l’apprentissage d’au moins deux langues étrangères, les programmes de traduction mais également le développement des technologies du langage et le numérique. Ces leviers doivent plus que jamais nous aider à le relever.

c

Alberto Manguel dans sa bibiliothèque © Ulf Andersen / Aurimages via AFP

Personnalité intellectuelle de renommée internationale, l’écrivain canadien d’origine argentine Alberto Manguel, qui sera le premier titulaire de la chaire en 2021-2022, a choisi d’aborder cette question sous l’angle des mythes. Pourquoi sa vision d’écrivain est-elle aujourd’hui particulièrement précieuse ?C’est la littérature qui fait la langue, ou si l’on veut, pour reprendre la réflexion d’Henri Meschonnic, « ce sont les œuvres qui portent les langues et non l’inverse ». En ce sens, il était donc très pertinent de faire appel à un écrivain pour inaugurer cette chaire dans sa première année.  Et quel écrivain ! Argentin polyglotte, né en Israël, résidant tour à tour à Paris, Montréal, New York et aujourd’hui Lisbonne, il fut l’un des plus proches collaborateurs de Borges, qui lui communiquera sa passion pour les bibliothèques… Manguel est un homme du livre, et en ce sens aussi il incarne l’Europe des Lumières. En outre, ses travaux sur la lecture et la traduction offrent un passionnant voyage entre les langues. Faut-il ici rappeler la célèbre citation d’Umberto Eco : « La traduction est la langue de l’Europe » ?Alberto Manguel fut l’un des plus proches collaborateurs de Borges, qui lui communiquera sa passion pour les bibliothèquesVaste plan sur la francophonie, préfiguration de la cité de la langue française à Villers-Cotterêts… les problématiques ayant trait à la langue française n’ont jamais été si actuelles. Dans ce contexte, que va apporter cette initiative de la création d’une chaire au Collège de France ?Le temps de la pensée et de la réflexion qui n’est pas toujours le même que celui de l’action. Pour les trois prochaines années, cette chaire donnera ainsi l’opportunité d’inviter d’autres créateurs, et pas seulement des écrivains, qui se nourrissent en Europe de la diversité des langues à travers leurs œuvres. Qu’ils soient plasticiens, compositeurs, dramaturges, cette chaire leur proposera de témoigner, dans leurs travaux, de l’importance de la diversité linguistique, « trésor fabuleux », selon l’expression de Herder, qui est l’une des caractéristiques de notre continent. La langue française fait partie de ce trésor.  Elle ne cesse de s’enrichir dans ses contacts permanents avec les autres langues – et dans une diversité qui doit être protégée. L’Europe s’invente aujourd’hui grâce à cette diversité. Ayons bien conscience, Européens, de notre chance et sachons la promouvoir ! 

Publication originale intégrale : culture.gouv.frConçue avec le ministère de la Culture, la nouvelle chaire du Collège de France explorera «L’invention de l’Europe par les langues et les cultures». Leçon inaugurale d’Alberto Manguel le 30 septembre.

C’est un voyage passionnant à travers les langues et les cultures européennes auquel nous convie Alberto Manguel à partir de jeudi 30 septembre, date de la leçon inaugurale de la nouvelle chaire annuelle au Collège de France créée en partenariat avec la délégation générale à la langue française et aux langue de France du ministère de la Culture. Cette chaire, dont Alberto Manguel sera le premier titulaire pour l’année 2021-2022, se poursuivra jusqu’en 2024.Auteur d’Une histoire de la lecture (prix Médicis essai), l’écrivain de renommée internationale explorera toutes les facettes de « L’invention de l’Europe par les langues et les cultures » – c’est le thème de cette nouvelle chaire –, autrement dit les enjeux de la diversité culturelle et linguistique, ces ferments des grandes réalisations de notre continent en matière de culture, de philosophie, de sciences et de technologies. Paul de Sinety, délégué général à la langue française et aux langue de France du ministère de la Culture, revient sur les enjeux de cette nouvelle chaire.« L’invention de l’Europe par les langues et les cultures », tel est le thème d’une nouvelle chaire du Collège de France. En quoi ce thème fait il écho à nos préoccupations les plus brûlantes ?Le 1er janvier 2022 marquera le début de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne. Sous l’impulsion du Président de la République, les enjeux du multilinguisme y seront essentiels et la ministre de la Culture en fait une priorité. La langue pose toujours la question de l’identité, fût-elle multiple. Je dirais que tant que les citoyens d’Europe n’auront pas le sentiment d’être compris et de s’exprimer chacun dans sa langue, qu’ils ne seront pas davantage sensibilisés au sujet des langues parlées chez leurs plus proches voisins, le projet européen ne pourra être pleinement partagé. A l’échelle européenne, c’est donc un immense défi pour l’exercice de la citoyenneté au cœur de nos démocraties. Des réponses existent : l’apprentissage d’au moins deux langues étrangères, les programmes de traduction mais également le développement des technologies du langage et le numérique. Ces leviers doivent plus que jamais nous aider à le relever.

c

Alberto Manguel dans sa bibiliothèque © Ulf Andersen / Aurimages via AFP

Personnalité intellectuelle de renommée internationale, l’écrivain canadien d’origine argentine Alberto Manguel, qui sera le premier titulaire de la chaire en 2021-2022, a choisi d’aborder cette question sous l’angle des mythes. Pourquoi sa vision d’écrivain est-elle aujourd’hui particulièrement précieuse ?C’est la littérature qui fait la langue, ou si l’on veut, pour reprendre la réflexion d’Henri Meschonnic, « ce sont les œuvres qui portent les langues et non l’inverse ». En ce sens, il était donc très pertinent de faire appel à un écrivain pour inaugurer cette chaire dans sa première année.  Et quel écrivain ! Argentin polyglotte, né en Israël, résidant tour à tour à Paris, Montréal, New York et aujourd’hui Lisbonne, il fut l’un des plus proches collaborateurs de Borges, qui lui communiquera sa passion pour les bibliothèques… Manguel est un homme du livre, et en ce sens aussi il incarne l’Europe des Lumières. En outre, ses travaux sur la lecture et la traduction offrent un passionnant voyage entre les langues. Faut-il ici rappeler la célèbre citation d’Umberto Eco : « La traduction est la langue de l’Europe » ?Alberto Manguel fut l’un des plus proches collaborateurs de Borges, qui lui communiquera sa passion pour les bibliothèquesVaste plan sur la francophonie, préfiguration de la cité de la langue française à Villers-Cotterêts… les problématiques ayant trait à la langue française n’ont jamais été si actuelles. Dans ce contexte, que va apporter cette initiative de la création d’une chaire au Collège de France ?Le temps de la pensée et de la réflexion qui n’est pas toujours le même que celui de l’action. Pour les trois prochaines années, cette chaire donnera ainsi l’opportunité d’inviter d’autres créateurs, et pas seulement des écrivains, qui se nourrissent en Europe de la diversité des langues à travers leurs œuvres. Qu’ils soient plasticiens, compositeurs, dramaturges, cette chaire leur proposera de témoigner, dans leurs travaux, de l’importance de la diversité linguistique, « trésor fabuleux », selon l’expression de Herder, qui est l’une des caractéristiques de notre continent. La langue française fait partie de ce trésor.  Elle ne cesse de s’enrichir dans ses contacts permanents avec les autres langues – et dans une diversité qui doit être protégée. L’Europe s’invente aujourd’hui grâce à cette diversité. Ayons bien conscience, Européens, de notre chance et sachons la promouvoir ! 

PARTAGER CET ARTICLE :