#Metz : hommage au professeur Samuel Paty

Metz Hommage Au Professeur Samuel Paty

A Metz, près d’un millier de personnes se sont rassemblées, ce vendredi 17 octobre, pour rendre hommage à Samuel Paty, professeur assassiné à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines.

François Grosdidier a prononcé un discours à cette occasion.

Mesdames, Messieurs,
Avant-hier vendredi 16 octobre 2020, Samuel Paty était décapité par un islamiste djihadiste.

Un professeur d’Histoire-Géographie, père de famille, était assassinée de la façon la plus barbare par un jeune de 18 ans, fanatisé, manipulé par ceux qui dévoient la religion et l’instrumentalisent au service d’une idéologie obscurantiste et totalitaire. Il était important, il était impératif que la ville de Metz, ses élus ses habitants condamnent cet acte ignoble, honorent la mémoire de Samuel Paty, expriment leur sympathie à sa famille et leur soutien à toute la communauté enseignante.

L’initiative de la Ville de Metz rejoint, en ce lieu et à cette heure, celle lancée, au plan national et départemental, par la FSU. Un pas de plus a été franchi dans cette guerre que les terroristes islamistes ont déclarée à la démocratie et à toutes les libertés. La communauté enseignante a été frappée dans le but de la terroriser. Remémorons-nous quelques uns des innombrables attentats qui jalonnent cette sanglante guerre. Elle a démarré en 2001 par les attentats de New-York. Elle s’est étendue depuis à tous les continents. Le plus grand nombre de victimes est dans le monde arabo-musulman. Mais elle jette l’effroi sur toute la planète dans le but de diviser l’humanité et de la plonger, entière, dans une guerre de religions.

La France, terre des droits de l’Homme et du Citoyen, a payé un lourd tribut et a été marquée par les étapes successives. En Mars 2012, les tueries de Toulouse et Montauban visent nos concitoyens, notamment des enfants, parce qu’ils sont juifs. En Janvier 2015, l’attentat de Charlie-Hebdo tue des journalistes pour abattre la liberté de la presse. En Novembre 2015, les tueries de masse de Paris, notamment au Bataclan : massacre des citoyens, particulièrement des jeunes – nous n’oublions pas Marie et Mathias – parce qu’ils s’amusent et prennent plaisir à être ensemble. En Octobre 2020, pour la première fois, un professeur est assassiné, et ce, parce que son enseignement avait contrarié les obscurantistes islamistes.

Tout attentat terroriste doit renforcer notre détermination et notre mobilisation. Le meurtre de Samuel Paty marque un cran de plus. Il est le premier attentat contre l’école de la République.
Il doit provoquer une réaction encore plus forte de la société française. Aujourd’hui, nous sommes tous profs. Notre soutien aux enseignants dans ce combat s’exprime par des manifestations comme cet après-midi. Il devra aussi se concrétiser dans l’exercice de leurs missions et ne jamais se relâcher. Penser « pas de vague », c’est nous préparer des tempêtes. Les fissures ignorées deviennent des fractures et des séismes. Ne nous trompons pas. Cet attentat vise à faire un exemple spectaculaire pour terroriser les enseignants comme celui de Charlie avait été pensé pour terroriser les journalistes.

Mesdames et Messieurs les enseignants, n’ayez pas peur ! Nous sommes avec vous. Ne renoncez jamais à enseigner à nos enfants, à forger leur libre arbitre, à les préparer à penser demain, à agir et à choisir en citoyens libres. L’Éducation nationale est le plus bel acquis de notre République. L’obscurantisme mènent la guerre d’abord dans les têtes. Les enseignants constituent la première force pour s’y opposer. Ils forment l’armée de ceux que l’on appelait autrefois les « hussards de la République ». Et toutes le forces de la République et de la société doivent protéger nos enseignants contre ceux qui veulent les terroriser pour les empêcher. Il faut que tous les Français le disent aujourd’hui : tous les Français, de toute opinion, de toute religion ou d’aucune, de toute obédience, de toute appartenance politique ou syndicale, de toute opinion…

C’est dit cet après-midi à Metz, dans notre ville riche de sa diversité, depuis des siècles, cité de tolérance religieuse et philosophique, depuis des décennies, ville-centre d’une région de brassage.
Merci d’être venu l’exprimer. Samuel Paty vivra dans nos cœurs et dans nos têtes.
Pour que vivent la Liberté, l’Égalité et la Fraternité, vive l’École de la République !

François Grosdidier, Maire de Metz


PARTAGER CET ARTICLE :
Avatar

@Metz Métropolitain

Metz Métropolitain, le magazine indépendant couvrant l'actualité, les événements, les découvertes des communes de Metz et sa Métropole, de Moselle, de Lorraine, du Grand Est. Metz Métropolitain est le portail pensé par vous, créé pour vous.