culture

Les jeunes privilégient de nouveaux modes de lecture

Une enquête commandée par le Centre national du livre à l’Ipsos montre que les jeunes plébiscitent de nouveaux modes de lecture, décomplexés et immersifs.

c

© Arnaud Tinel / Hans Lucas via AFP

Quel rapport les jeunes entretiennent-ils avec la lecture ? Et quels leviers et autres actions faudrait-il imaginer afin de lever les freins qui éloignent, encore trop souvent, les enfants et les adolescents du livre et de la lecture ?C’est tout l’enjeu de l’enquête sur la lecture des 7-25 ans commandée par le Centre national du livre (CNL) à l’institut de sondages Ipsos qui propose, dans le cadre de la campagne « lecture, grande cause nationale », un éclairage tout en nuances d’une situation plus contrastée qu’il n’y paraît et permet – en passant – de se débarrasser de lieux communs voire de contre-vérités (« les jeunes ne lisent plus ! »).Réalisée à partir d’un échantillon représentatif de 1 500 personnes, cette  enquête fouillée, aborde – entre autres –  la question des écrans (« comment, dans le quotidien des jeunes gens, le livre et l’écran s’accordent-ils ? »), mesure la montée en puissance des mangas et revient bien sûr sur les effets du confinement qui, à bien des égards, a largement rebattu les cartes.Un état des lieux nuancé

c

©AFP

L’enquête le confirme : le décrochage de lecture à l’adolescence est, comme l’avaient souligné les précédentes éditions de l’enquête en 2016 et en 2018, toujours bien présent et réel. La lecture « loisirs » décline fortement quelle que soit la classe d’âge, après 12 ans et l’entrée au collège. Les causes ? Elles sont multiples, mais le temps passé sur les écrans polarise à juste titre toutes les attentions (voir encadré).Pour autant – et c’est l’une des bonnes nouvelles de l’enquête – 84% des jeunes gens disent « aimer » la lecture. Et pour plus de 40% d’entre eux, ils « l’adorent ». Derrière ce paradoxe apparent, on peut voir une adaptation aux nouveaux usages et pratiques de la lecture (livre numérique, podcast…). De fait, aujourd’hui, les jeunes gens lisent « comme ils veulent et quand ils veulent »Vers de nouveaux modes de lectureInvité par le CNL à s’exprimer sur les résultats de cette étude, lors du webinaire qui lui a été consacré le 23 mars 2022, Claude Poissenot (sociologue, enseignant-chercheur à l’IUT « Métiers du livre » de Nancy, membre du Centre de Recherche sur les Médiations à l’Université de Lorraine, que ses travaux ont conduit à une réflexion originale sur la fonction des bibliothèques) a donné une appréciation instructive de la situation.

c

©CNL

« Les jeunes gens jouent avec nous, dit-il : on leur prescrit des livres et ils lisent, certes, mais ils lisent des mangas, ces ouvrages dont parents et professeurs ne savent pas très bien ce que c’est. Ils s’approprient la lecture du point de vue de leur propre expérience, ils la redéfinissent et redéfinissent ainsi la culture de l’écrit elle-même. Pour comprendre, il faut se souvenir que la lecture est déjà « préemptée » par les parents, les professeurs et les institutions. Fatalement, les jeunes gens s’intéressent aux formes qu’ils trouvent pour dire je et pour dire nous, des espaces de liberté. L’enjeu, c’est de sortir de l’injonction, de la contourner et, là, trouver de quoi lire ! »« Le relationnel est alors une piste intéressante pour l’action publique, poursuit-il. Le relationnel, c’est-à-dire la situation signifiante où le livre peut prendre place, à savoir une relation personnelle plutôt qu’institutionnelle. Le succès, à cet égard, des CDI et des bibliothèques, quant à l’accueil des élèves et au soutien à la lecture est très intéressant. Ce succès n’est pas dû au hasard : dans ces lieux, la relation personnelle compte, une relation personnelle dont l’importance est confirmée par l’étude (rôle des mères, succès incontestable de la lecture à haute voix…). Dans cet esprit, l’initiative d’une institution comme le Centre national du livre, qui est présent sur les réseaux sociaux et lance sa campagne #jeliscommejeveux, est, à mon sens, particulièrement pertinente car c’est précisément de cela qu’il s’agit : je lis comme je veux, y compris sur un support numérique, y compris en écoutant des podcasts. »Lire au temps des écransGlobalement, 81% des 7-25 ans lisent pour leurs loisirs, par goût personnel. Si l’on ôte les élèves du primaire, ce chiffre tombe à 77%. Ils ont lu 5 livres au cours des 3 derniers mois (hors primaires, le chiffre descend à 4). Les 7-19 ans lisent, plus qu’avant, des BD / mangas / comics, quand les 20-25 ans privilégient encore les romans.Mais le décrochage de lecture à l’adolescence est toujours bien présent et réel. La lecture « loisirs » décline fortement chez tous, après 12 ans et l’entrée au collège.Mercredi 23 mars 2022, le Centre national du livre a rendu publics les résultats de son baromètre bisannuel « Les jeunes Français et la lecture », conduit par IpsosCNLPar ailleurs, chez les jeunes gens, le temps consacré à la lecture, en une semaine, est inférieur à celui qu’ils passent sur les écrans… en un jour seulement (3h14 de lecture/semaine contre 3h50 d’écran/jour) ! Les écrans sont d’ailleurs omniprésents dans leur vie. Et par-dessus le marché, 47% des jeunes font souvent autre chose sur écran en même temps qu’ils lisent : envoyer des messages, aller sur les réseaux sociaux, regarder des vidéos…Néanmoins, ils sont nombreux à aimer la lecture. Pour tous, la préférence pour d’autres activités est le principal frein, et les lecteurs loisirs déplorent aussi le manque de temps, mais 84% des jeunes aiment la lecture (42% adorent), qui leur permet de se faire plaisir (48% des lecteurs loisirs), se détendre et s’évader (43%), ou de s’occuper (31%).Et ils plébiscitent l’expérience de lecture à voix haute par leurs parents, dont ils gardent un souvenir très positif.A souligner: ils n’hésitent plus à se tourner vers de nouvelles pratiques vis-à-vis de la lecture et des livres. 40% des 7-25 ans ont déjà lu un livre numérique, 59% ont déjà écouté un livre audio ou un podcast et, bien qu’encore minoritaire, Internet devient un critère d’influence pour 29% des lecteurs loisirs. Youtube, Instagram et TikTok seraient d’ailleurs, pour bon nombre d’entre eux, une manière de s’informer sur les livres. 

Publication originale intégrale : culture.gouv.frUne enquête commandée par le Centre national du livre à l’Ipsos montre que les jeunes plébiscitent de nouveaux modes de lecture, décomplexés et immersifs.

c

© Arnaud Tinel / Hans Lucas via AFP

Quel rapport les jeunes entretiennent-ils avec la lecture ? Et quels leviers et autres actions faudrait-il imaginer afin de lever les freins qui éloignent, encore trop souvent, les enfants et les adolescents du livre et de la lecture ?C’est tout l’enjeu de l’enquête sur la lecture des 7-25 ans commandée par le Centre national du livre (CNL) à l’institut de sondages Ipsos qui propose, dans le cadre de la campagne « lecture, grande cause nationale », un éclairage tout en nuances d’une situation plus contrastée qu’il n’y paraît et permet – en passant – de se débarrasser de lieux communs voire de contre-vérités (« les jeunes ne lisent plus ! »).Réalisée à partir d’un échantillon représentatif de 1 500 personnes, cette  enquête fouillée, aborde – entre autres –  la question des écrans (« comment, dans le quotidien des jeunes gens, le livre et l’écran s’accordent-ils ? »), mesure la montée en puissance des mangas et revient bien sûr sur les effets du confinement qui, à bien des égards, a largement rebattu les cartes.Un état des lieux nuancé

c

©AFP

L’enquête le confirme : le décrochage de lecture à l’adolescence est, comme l’avaient souligné les précédentes éditions de l’enquête en 2016 et en 2018, toujours bien présent et réel. La lecture « loisirs » décline fortement quelle que soit la classe d’âge, après 12 ans et l’entrée au collège. Les causes ? Elles sont multiples, mais le temps passé sur les écrans polarise à juste titre toutes les attentions (voir encadré).Pour autant – et c’est l’une des bonnes nouvelles de l’enquête – 84% des jeunes gens disent « aimer » la lecture. Et pour plus de 40% d’entre eux, ils « l’adorent ». Derrière ce paradoxe apparent, on peut voir une adaptation aux nouveaux usages et pratiques de la lecture (livre numérique, podcast…). De fait, aujourd’hui, les jeunes gens lisent « comme ils veulent et quand ils veulent »Vers de nouveaux modes de lectureInvité par le CNL à s’exprimer sur les résultats de cette étude, lors du webinaire qui lui a été consacré le 23 mars 2022, Claude Poissenot (sociologue, enseignant-chercheur à l’IUT « Métiers du livre » de Nancy, membre du Centre de Recherche sur les Médiations à l’Université de Lorraine, que ses travaux ont conduit à une réflexion originale sur la fonction des bibliothèques) a donné une appréciation instructive de la situation.

c

©CNL

« Les jeunes gens jouent avec nous, dit-il : on leur prescrit des livres et ils lisent, certes, mais ils lisent des mangas, ces ouvrages dont parents et professeurs ne savent pas très bien ce que c’est. Ils s’approprient la lecture du point de vue de leur propre expérience, ils la redéfinissent et redéfinissent ainsi la culture de l’écrit elle-même. Pour comprendre, il faut se souvenir que la lecture est déjà « préemptée » par les parents, les professeurs et les institutions. Fatalement, les jeunes gens s’intéressent aux formes qu’ils trouvent pour dire je et pour dire nous, des espaces de liberté. L’enjeu, c’est de sortir de l’injonction, de la contourner et, là, trouver de quoi lire ! »« Le relationnel est alors une piste intéressante pour l’action publique, poursuit-il. Le relationnel, c’est-à-dire la situation signifiante où le livre peut prendre place, à savoir une relation personnelle plutôt qu’institutionnelle. Le succès, à cet égard, des CDI et des bibliothèques, quant à l’accueil des élèves et au soutien à la lecture est très intéressant. Ce succès n’est pas dû au hasard : dans ces lieux, la relation personnelle compte, une relation personnelle dont l’importance est confirmée par l’étude (rôle des mères, succès incontestable de la lecture à haute voix…). Dans cet esprit, l’initiative d’une institution comme le Centre national du livre, qui est présent sur les réseaux sociaux et lance sa campagne #jeliscommejeveux, est, à mon sens, particulièrement pertinente car c’est précisément de cela qu’il s’agit : je lis comme je veux, y compris sur un support numérique, y compris en écoutant des podcasts. »Lire au temps des écransGlobalement, 81% des 7-25 ans lisent pour leurs loisirs, par goût personnel. Si l’on ôte les élèves du primaire, ce chiffre tombe à 77%. Ils ont lu 5 livres au cours des 3 derniers mois (hors primaires, le chiffre descend à 4). Les 7-19 ans lisent, plus qu’avant, des BD / mangas / comics, quand les 20-25 ans privilégient encore les romans.Mais le décrochage de lecture à l’adolescence est toujours bien présent et réel. La lecture « loisirs » décline fortement chez tous, après 12 ans et l’entrée au collège.Mercredi 23 mars 2022, le Centre national du livre a rendu publics les résultats de son baromètre bisannuel « Les jeunes Français et la lecture », conduit par IpsosCNLPar ailleurs, chez les jeunes gens, le temps consacré à la lecture, en une semaine, est inférieur à celui qu’ils passent sur les écrans… en un jour seulement (3h14 de lecture/semaine contre 3h50 d’écran/jour) ! Les écrans sont d’ailleurs omniprésents dans leur vie. Et par-dessus le marché, 47% des jeunes font souvent autre chose sur écran en même temps qu’ils lisent : envoyer des messages, aller sur les réseaux sociaux, regarder des vidéos…Néanmoins, ils sont nombreux à aimer la lecture. Pour tous, la préférence pour d’autres activités est le principal frein, et les lecteurs loisirs déplorent aussi le manque de temps, mais 84% des jeunes aiment la lecture (42% adorent), qui leur permet de se faire plaisir (48% des lecteurs loisirs), se détendre et s’évader (43%), ou de s’occuper (31%).Et ils plébiscitent l’expérience de lecture à voix haute par leurs parents, dont ils gardent un souvenir très positif.A souligner: ils n’hésitent plus à se tourner vers de nouvelles pratiques vis-à-vis de la lecture et des livres. 40% des 7-25 ans ont déjà lu un livre numérique, 59% ont déjà écouté un livre audio ou un podcast et, bien qu’encore minoritaire, Internet devient un critère d’influence pour 29% des lecteurs loisirs. Youtube, Instagram et TikTok seraient d’ailleurs, pour bon nombre d’entre eux, une manière de s’informer sur les livres. 



PARTAGER CET ARTICLE :