Grand Est : Adoptons des pratiques durables !

Region Grand Est

En 2021, la Région engage ses territoires dans une dynamique durable inédite et intensifie les transitions dans toutes ses politiques. En effet, la crise sanitaire a révélé la fragilité du modèle actuel de société et a démontré l’importance de la résilience et de la durabilité des modes de vie, de changer les comportements individuels et collectifs, de repenser les modes d’organisation, de déplacement, de consommation. Aujourd’hui, la Collectivité met en œuvre des pratiques durables à travers des initiatives fortes : améliorer l’efficacité énergétique de ses bâtiments, pousser vers davantage de mobilité durable, accélérer la transition des lycées, tendre vers une agriculture raisonnée, etc.

Toujours plus de mobilité durables

Pratiques, peu polluantes et respectueuses de l’environnement, les mobilités durables et notamment la pratique du vélo favorisent une réappropriation de l’espace public et améliorent le cadre de vie des habitants du Grand Est. C’est pourquoi, la Région se doit de bâtir une politique ambitieuse pour devenir, à terme, la 1ère région cyclable de France et offrir à ses citoyens un mode de transport sécurisé et en phase avec leurs attentes.

Pour mener à bien ce projet, la Collectivité sera accompagnée d’une Assistance à Maîtrise d’Ouvrage (AMO) lui permettant de sensibiliser et former agents, élus et partenaires aux enjeux d’une véritable politique cyclable régionale ; de réaliser un état des lieux des politiques existantes sur le territoire ; de procéder à des études et des analyses pour sa mise en œuvre. Cette assistance simplifiera l’écriture de la stratégie cyclable Grand Est en vue d’une présentation devant l’assemblée régionale fin 2021. Elle s’inscrira notamment dans le plan de mobilité durable horizon 2030 de la Région.

Des plans « Lycées Verts »

Soucieuse d’apporter les meilleures conditions de travail possibles aux lycéens, au corps enseignant et aux agents de la Région, la Collectivité met en œuvre un Plan Lycées Verts pour l’amélioration et la rénovation des établissements scolaires du Grand Est. Ainsi, la Commission permanente du 21 janvier 2020 a voté une enveloppe de près de 14,4 millions d’euros pour des travaux permettant d’augmenter la performance énergétique des bâtiments en vue d’un classement BBC (Bâtiments Basse Consommation) pour arriver d’ici 2050 à réduire de 60 % les consommations d’énergie, fournir des énergies renouvelables (solarisation des toitures et parkings, construction de chaufferies bois, installation de réseaux de chaleur biomasse, création de stations de géothermie) et tendre vers une neutralité carbone. Ces travaux, intégrés au plan France Relance de l’Etat, interviendront durant la période estivale 2021.

Cap sur la rénovation énergétique !

La Région œuvre pour être une région à énergie positive et bas carbone d’ici à 2050 pour permettre une meilleure qualité de vie des citoyens et tendre vers des villes plus durables. Cette ambition se traduit par un double objectif : réduire les consommations énergétiques et développer les énergies renouvelables.

  • Pour inciter les ménages à entreprendre la rénovation énergétique de leur logement, l’Etat a lancé le plan SARE (Service d’Accompagnement à la Rénovation Energétique) 2021 – 2023. Porté par l’ADEME et la Région, cet outil de financement permet une meilleure sensibilisation des ménages et une meilleure couverture territoriale via l’intervention des collectivités locales. Onze premières candidatures ont été retenues. Elles permettront dans un premier temps d’assurer la couverture territoriale de 1 461 communes.
  • La Région confirme son engagement d’1,75 million d’euros (soit 35% du capital) dans la création de la Société d’Economie Mixte (SEM) Ardennes Energie Renouvelable, aux côtés des sept EPCI des Ardennes, du Conseil Départemental des Ardennes, de la Caisse des Dépôts et Consignation, d’Ardennes Développement et d’autres acteurs privés. Cette SEM permettra d’investir en fonds propres dans des projets innovants d’énergies renouvelables, notamment en matière de méthanisation mais aussi de photovoltaïque, d’éolien ou encore d’hydraulique.

La Région dit oui au bio !

Les agriculteurs sont de plus en plus nombreux à se tourner vers le bio et les consommateurs vers des produits locaux, sains et de qualité. Ce mode de culture connaît depuis plusieurs années une expansion et un engouement en France mais aussi dans le Grand Est qu’il est nécessaire de soutenir et de faire grandir. Pour la Région, le soutien à la conversion en Agriculture Biologique est l’une des priorités des programmes de développement ruraux. Pour cela, elle se fixe comme objectif d’atteindre 15 % de surfaces agricoles en bio d’ici 2030 et de reconvertir chaque année plus de 20 000 hectares de terres.

En partenariat avec les organisations professionnelles agricoles, la Collectivité s’est ainsi engagée à mobiliser 3 millions d’euros de ses crédits propres en contrepartie des engagements du FEADER, des Agences de l’Eau et de l’Etat pour encourager les initiatives des agriculteurs et les conforter dans leur choix. Consciente des enjeux économiques, environnementaux et sociaux générés par l’agriculture biologique, la Région poursuit ses investissements en faveur de l’innovation, mais aussi et surtout l’accompagnement à la structuration des filières.

Publication originale intégrale : grandest.fr



PARTAGER CET ARTICLE :
Avatar

@Metz Métropolitain