#CINEXPERIENCESDEJEUNESSE Les yeux – Naël Zaiti-Ruelle + Je me souviens – Retour à Calais – Mickael Stibling

Les yeux est
un (très) court-métrage réalisé par Naël Zaiti-Ruelle, âgé de 20 ans et né à
Strasbourg.

Son film a été tourné en juillet 2019 et a été
diffusé pour la première fois en janvier 2020. Il a reçu le coup de pouce d’expériences
de jeunesse en mars 2019.

Naël étudie la philosophie à Paris VIII et est un aspirant
réalisateur ambitieux. Il a pour projet d’entrer à la Fémis, et n’en est pas à
son coup d’essai avec ce court-métrage, puisqu’il a déjà réalisé des clips en
amateur.

Il s’agit là d’une étape professionnelle importante
pour Naël. Il a pu ainsi travailler pour la première fois avec une vraie équipe
de tournage.

« S’en tenir à un budget, devoir travailler en
équipe, alors qu’on débute tous, et surtout ma première utilisation de la
pellicule, ça nous a causé beaucoup de difficultés, d’où la très courte durée
du film. »

En effet, le court-métrage était destiné à durer plus
longtemps, mais Naël a su s’adapter et proposer une nouvelle dimension à ce
dernier : « une expérience sensorielle, rythmée par des couleurs à
outrance à la limite du surréalisme. »

Les yeux est le fruit de son inspiration pour le cinéma fantastique, le maniérisme horrifique de Dario Argento et l’esthétique du Giallo italien. On peut y voir également un clin d’œil à Enter the void de Gaspar Noé.

En 2016, Mickael Stibling, 30 ans
de Thionville, diplômé des sciences de l’information et de la communication, se
rend à la « Jungle de Calais » où il va y rester une année entière.
Dans une démarche documentaire, il témoigne de la crise humanitaire de l’espace
européen en photographiant la réalité du camp de migrants. En parallèle de cela,
il a travaillé, grâce à l’association Vie Active, à « l’accueil de jour des
personnes migrantes » du centre Jules Ferry où il a rencontré Shabab et
Ejaz, les protagonistes du film, avec qui, il a pu tisser des liens humains
très forts.

Pour son film Je me souviens – Retour à Calais,
Mickael a voulu retrouver ces personnes en 2019 afin de « raconter dans
toute leur complexité, dans toute leur humanité, ces histoires de migrations,
ces parcours d’intégrations ».  Son
film a été soutenu dans le cadre d’Expériences de Jeunesse cette même année.

Par le biais de ce court-métrage
documentaire, le réalisateur souhaite « contribuer à changer les regards
et les représentations sur les migrations et sur la figure actuelle du
migrant » et ainsi contrer les préjugés et idées reçues qui sont trop
présents selon lui lorsqu’on parle de l’immigration.

En retournant à Calais, Mickael a pu voir que la situation des exilés était encore plus difficile qu’en 2016. Il considère que « négliger des droits humains, qu’on le veuille ou non, c’est tirer un trait sur l’humanité de tout le monde ». Ce court-métrage est le projet le plus ambitieux de Mickael Stibling à ce jour. Il a pu le concrétiser grâce à l’association Nos Tribus, plus particulièrement avec l’aide du réalisateur Yacine Helali et celle de Florian Tonnon. C’est aussi des membres de cette association qui ont parlé à Mickael de la subvention Expérience de Jeunesse sans laquelle le projet n’aurait sûrement pas abouti d’après lui. En effet, ce dispositif lui a permis de s’« inscrire dans une dynamique créative et collective, une véritable aventure humaine ».

Article rédigé par les Volontaires en Service Civique accueillis à la Région Grand Est.

Publication originale intégrale : jeunest.fr



PARTAGER CET ARTICLE :

Metz Métropolitain

@Metz Métropolitain

Metz Métropolitain, le magazine indépendant couvrant l'actualité, les événements, les découvertes des communes de Metz et sa Métropole, de Moselle, de Lorraine, du Grand Est. Metz Métropolitain est le portail pensé par vous, créé pour vous.




Exit mobile version